Éclairage contrôlé – la clé pour une sécurité améliorée, des coûts réduits et un fonctionnement plus « vert »

Première ligne de défense dans la lutte contre le crime, les systèmes de vidéosurveillance et d'éclairage contrôlé combinés offrent de tels avantages que la plupart des autorités recommandent désormais leur utilisation pour décourager et empêcher le vandalisme et le vol.

Pourtant, de nombreux propriétaires et gérants d'entreprises, de bureaux et de lieux publics ignorent ou négligent malheureusement trop souvent l'aspect « contrôlé » de l'éclairage. Cela provoque des problèmes en aval, une diminution de l'effet dissuasif des dispositifs installés, un gaspillage d'énergie et des coûts d'exploitation beaucoup trop importants.

D'après Mark Tibbenham, Directeur général de la société de fabrication d'équipements de sécurité GJD Manufacturing Limited, basée dans le Lancashire, la plupart d'entre eux considèrent toujours l'éclairage de sécurité comme un produit de commodité ou simplement utile pour les barbecues et le déchargement de la voiture de nuit. Voici selon lui pourquoi une grande partie des utilisateurs n'exploitent pas le potentiel des éclairages de sécurité : « C'est un fait, le contrôle de l'éclairage est un aspect qui n'est pas correctement pris en compte lors de l'installation de la plupart des systèmes de sécurité. On peut le voir partout dans les villes, les villages, les projets immobiliers et en campagne. On peut citer en exemple tous ces détecteurs non contrôlés, mal placés et mal configurés qui sont installé sur des propriétés en bordure de route et qui se déclenchent lorsque des voitures passent, éclairant ainsi inutilement les alentours. On peut aussi citer le cas trop fréquent des ensembles de bureaux qui consomment inutilement de l'énergie 24 /24 et 7 j/7 alors que le personnel n'occupe pas plus de 5 % de la surface totale des locaux en dehors des heures d'ouverture normales – et moins encore durant le week-end.

Au final, cet éclairage non contrôlé est à l'origine d'un record peut enviable détenu par le Royaume-Uni, celui du pays ayant le ciel nocturne le plus éclairé en Europe. Le coût de ce gaspillage d'énergie est énorme et, bien entendu, ne va pas du tout dans le sens d'une attitude plus respectueuse de l'environnement et de la réduction de la consommation d'énergie. » À quoi Mark Tibbenham ajoute : « Du point de vue de la sécurité, le fait d'utiliser un éclairage sans contrôle ne décourage pas du tout les criminels ou les vandales. Certains pensent même qu'un éclairage non contrôlé et semi-continu leur simplifie la vie, en leur permettant de mieux visualiser les zones d'accès et les autres points faibles sans difficulté pendant la nuit. Bien entendu, il s'agit là du contraire de ce que les systèmes de sécurité sont supposés faire. Pourtant, ce scénario est très fréquent. »

Pour décrire la manière dont la situation actuelle dans le domaine de l'éclairage et de la sécurité pourrait être inversée et largement améliorée, il explique : « En fait, il est tout à fait simple et peu coûteux d'intégrer un niveau de contrôle sophistiqué dans tous les systèmes de sécurité, afin d'obtenir des avantages prouvés à long terme et d'économiser de l'argent en réduisant la consommation d'énergie. Pour cela, il faut une forme de gestion de zone intelligente pour l'éclairage de sécurité, offrant une flexibilité maximale dans la zone ou le secteur protégé, comme par exemple un contrôleur d'éclairage et un annonceur DygiZone de GJD. Bien entendu, les détecteurs modernes peuvent aussi être conçus pour activer d'autres éléments d'un système de sécurité simultanément et, ainsi, bénéficier de tous les avantages majeurs d'un système de sécurité bien installé. Les détecteurs PIR extérieurs, basse tension et résistants aux intempéries, tels que les modèles D-TECT, Opal ou Elite de GJD, sont désormais reconnus comme étant parmi les plus innovants, flexibles et rentables du marché. Lorsque des intrus sont détectés, ils peuvent par exemple activer des systèmes de vidéosurveillance, des enregistreurs audiovisuels, des sirènes internes, des indicateurs visuels, etc. De plus, les éclairages sont tout à fait polyvalents, ce qui permet de les utiliser dans n'importe quel environnement domestique, commercial ou industriel. »

Pour conclure, Mark Tibbenham souligne : « Le contrôle de l'éclairage est la clé de toute une série d'améliorations qui peuvent contribuer à renforcer la sécurité, éliminer la pollution lumineuse, réduire sensiblement la consommation d'énergie et économiser de l'argent. Il n'y a aucun effet indésirable à craindre, sauf pour les malfaiteurs. Au vu de ces avantages, qui valent largement le faible coût à payer, nous recommandons d'évaluer les systèmes existants en vue de les améliorer et de vérifier que les nouveaux systèmes sont correctement équipés pour remplir leurs fonctions de la manière la plus efficace. »